Actualités

Retour aux actualités

Le Conseil d’Etat retarde le nouveau décret - Communiqué de presse UFAPEC - 27 janvier 2010

25 janvier 2010

Le Conseil d’Etat reporte de 15 jours sa décision sur le projet de décret  « inscriptions ». Avec les délais légitimes de débat parlementaire et de période d’information des parents sur le nouveau système, cela reporte au 19 avril le début de la période des inscriptions. Et surtout, cela reporte à juin la clôture du processus pour les écoles où le nombre d’inscrits dépasse les places libres.

Comment expliquer à nos enfants que la démocratie est le meilleur système de gouvernement lorsqu’on est incapable de lui dire comment son avenir scolaire va se dérouler avant la fin d’année scolaire ?

A l’UFAPEC, nous nous étions réjouis de la méthode de large concertation et de recherche de consensus de la nouvelle majorité, et en particulier de la Ministre SIMONET. Nous pensions que l’on arrivait à une solution, certes complexe, mais relativement équilibrée pour l’ensemble de la Communauté Française. Des correctifs devaient encore se faire, surtout pour Bruxelles. Mais le processus parlementaire a pour vertu de faire évoluer positivement les décrets. Et nous misons sur cette étape-là.

Néanmoins, en tant que parents, après avoir vécu deux années horribles où l’incertitude et l’irresponsabilité de certains ont conduit au chaos de la rentrée de septembre 2009 pour des milliers de familles, nous voici à nouveau confrontés au même problème : ne pas savoir ni quand ni comment la scolarité de nos enfants va se poursuivre en secondaire, et ne pas pouvoir leur apporter d’autre réponse que « c’est la lourdeur de la démocratie qui fait que tu ne sauras pas avant fin juin dans quelle école tu iras. »

Voici les directeurs dans l’incapacité d’organiser les inscriptions avant fin avril, moment de l’année où toute leur énergie doit porter sur les derniers efforts pédagogiques de l’année scolaire. 

Alors que le nouveau texte devait épargner les écoles où le problème ne se pose pas, car il y a suffisamment de places, voici toutes les écoles bloquées jusqu’au printemps.

Que faire ? Attendre. Que dire ? Patience et courage. Ces mots sont bien pauvres face à l’incompréhension et l’angoisse des familles.

C’est un président dépité qui écrit ces quelques mots, car il sait le désarroi de chacun, et il sait que la démocratie est pourtant le moins mauvais des systèmes politiques. 

Pour toute question/contact presse :
 
Pierre-Paul Boulanger, Président 0473/67.39.97
pierre-paul.boulanger@ufapec.be

Retour aux actualités