Objectifs

  • Participer au projet éducatif
  • Tisser des liens

Coût

  • de 0€ à 50€

Personnes

  • de 5 à 10 pers.

Le pédibus, ou comment lier sécurité des enfants et mobilité des parents ?

Activité proposée par l'école Notre-Dame de la Providence d'Acoz

Le pédibus, qu’est-ce que c’est ?

Le principe est assez simple. Il s’agit d’un bus à pied constitué d’élèves et de quelques accompagnateurs afin d’aller d’un point A (en général un parking facilement accessible en voiture et disposant de suffisamment d’espace pour déposer les enfants en toute sécurité) à un point B (l’école, parfois difficilement accessible ou inadaptée à l’accueil massif de nombreux véhicules en mouvement, en attente ou à l’arrêt sur un temps restreint).

Le pédibus, comment… ça marche ?

Si certaines modalités peuvent varier d’un endroit à l’autre en fonction des réalités de terrain, des ressources, du nombre d’élèves à prendre en charge, etc., les élèves se réunissent à une heure précise à l’endroit convenu et sont équipés d’une chasuble fluorescente afin de pouvoir être vus de loin par les autres usagers des voiries. Des accompagnateurs adultes (qui peuvent être des parents, des enseignants, des grands-parents, des ALE ou toute autre personne volontaire et formée à l’exercice) sont présents pour accueillir les élèves sur le lieu de départ et sont également équipés de chasubles (éventuellement d’une autre couleur pour les identifier plus aisément). A l’heure dite, le pédibus démarre avec les élèves et les accompagnateurs présents. Tous, élèves et accompagnateurs, se dirigent alors vers l’école avec une attention toute particulière à l’environnement, au code de la route et aux règles de sécurité (vis-à-vis de soi-même et des autres usagers). Le pédibus s’arrête dans un lieu sûr et sécurisé, en général dans l’enceinte de l’école, en tout cas dans un site propre aux piétons (par exemple la cour de récréation).

Objectifs : 

Les bénéfices d’un tel projet sont multiples. Il y a d’abord les bénéfices directs comme la sécurité des enfants et des autres usagers lorsque le dépôt des enfants ou leur trajet jusqu’à un site propre s’effectue dans la cacophonie et la circulation. Il y a bien sûr la mobilité de chacun, tant des parents qui déposent leurs enfants que des autres usagers des voiries à proximité de l’école. Mais on peut aussi y voir des intérêts de cohésion sociale, de partenariat entre les différents acteurs de l’école en fonction des différents profils de personnes qui s’impliquent dans le projet, de rapports intergénérationnels entre accompagnateurs ou entre enfants et accompagnateurs, d’amélioration de la santé (grâce à la marche), de qualité de vie (réduction du stress), de mise en éveil (aération du cerveau) …

Mettre le pédibus… sur pied ! Qui et comment ?

L’AP aura évidemment tout intérêt à penser son projet avec les autres acteurs de l’école (direction, enseignants, PO…). Le conseil de participation peut être un lieu propice à la construction d’un projet mûri, construit dans la concertation et donc durable. L’AP pourra également faire appel à des partenaires extérieurs : certaines communes s’investissent dans l’organisation de pédibus, des organismes proposent un certain nombre de formations à destination des accompagnateurs, des enfants, des enseignants (Apper, IBSR…). La Région wallonne propose de telles ressources et même des fonds via appels à projets (cf. http://mobilite.wallonie.be/news/appel-a-projets-mobilite-et-securite-routiere).

Partenaires :

Des asbl locales peuvent également être des intermédiaires très intéressants en termes d’information, de soutien ou de formation et peuvent vous faire découvrir des projets qui ont déjà plusieurs heures de vol. Notamment dans les communes de Gerpinnes, Walcourt, Florennes et Mettet, où le projet « MOBIL’actifs ! », porté par l’asbl MOBILESEM vise à promouvoir une mobilité durable sur ces quatre communes de l’Entre-Sambre-et-Meuse (cf.http://entre-sambre-et-meuse.be/le-projet-mobil-actifs-en-bref?lang=fr).

Le pédibus de l’École Notre-Dame de la Providence d’Acoz a, par exemple, bénéficié d’un accompagnement spécifique. Maureen Colassin, chargée de mission écomobilité chez MOBILESEM et que nous avons pu rencontrer, est prête à relever de nouveaux défis avec les écoles et associations de parents de la zone. N’hésitez pas à la contacter si vous désirez développer un projet de mobilité dans une école située dans l’une de ces communes (mcolassin@mobilesem.eu – 0492/469 907).

 

Panneau d'information / Règlement

Vous désirez recevoir nos lettres d'information ?

Inscrivez-vous !
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d'intérêts, pour réaliser des statistiques de navigation, et pour faciliter le partage d'information sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies,
OK