Analyse UFAPEC janvier 2017 par F. Baie

01.17/ Les stéréotypes des manuels scolaires par rapport aux genres sont-ils encore présents à l'école ?

Introduction

Dès le plus jeune âge, l’identité de nos enfants se construit par les représentations et valeurs qu’ils captent tout au long de leur vie dans les livres-jeunesse, dans les jeux, à la télévision, à travers les médias, dans leur milieu familial, social et scolaire.

Les manuels scolaires font partie du quotidien de nos enfants. Ils sont légitimés par l’école et assurent un rôle social. Utilisés comme support didactique par les élèves, ils influencent aussi leurs idées sur le monde qui les entoure et participe à la construction de leur identité, à leur estime d’eux-mêmes et à celle d’autrui. Les manuels scolaires ne sont donc pas que des puits de savoirs !

Les rôles que l’on assigne aux hommes et aux femmes et la place qu’on leur attribue dans notre société sont décrits dans les manuels scolaires. Dès lors, la répétition de ces représentations (illustrations et textes) peut avoir un impact sur les jeunes et participer à l’intériorisation de certaines normes de genre. En effet, les valeurs véhiculées dans les manuels auront sans doute une répercussion sur l’image, la vision et la perception qu’ils auront d’eux-mêmes et du monde, sur leurs comportements, leurs relations sociales et sur leurs projets professionnels ou personnels.

Dans le but de promouvoir une représentation égalitaire des femmes et des hommes, "La Direction de l’Egalité des chances"[1] (Fédération Wallonie-Bruxelles), s’est penchée sur la question de savoir si les manuels scolaires qu’utilisent nos enfants diffusent encore, aujourd’hui, des représentations stéréotypées, voire sexistes[2] qui ouvrent la voie aux discriminations. Dans cette analyse, nous nous intéresserons de près à leurs études et recherches menées entre 1990 et 2011.

Pour y voir plus clair et avant d’aller plus loin, quelques définitions préalables s’imposent.

Qu’est-ce qu’un manuel scolaire ?

Selon la définition du dictionnaire Larousse, un manuel scolaire est un "ouvrage didactique ou scolaire, renfermant les notions essentielles d'un art, d'une science, d'une technique"[3]. Un manuel scolaire est un outil pédagogique pratique et fondamental pour faire apprendre les élèves. Il soutient le travail de l’enseignant et aide l’élève à développer des compétences et des connaissances. Selon le décret[4] concernant les manuels scolaires, le "manuel scolaire" est "un livre imprimé destiné à l'élève et s'inscrivant dans le processus d'apprentissage. Ne sont pas considérés comme manuels scolaires au sens du présent décret les fichiers constitués de feuilles reproductibles et les cahiers d'exercices pré-imprimés".

Qu’est-ce que le « genre » ?

Il est difficile de comprendre ce que l'on entend par le terme "genre" et comment ce terme se différencie de celui de "sexe" qui lui est lié.

Pour mieux comprendre ce que l’on entend par "genre", l’Organisation Mondiale de la Santé nous explique : "Le mot « sexe » se réfère davantage aux caractéristiques biologiques et physiologiques qui différencient les hommes des femmes. Le mot « genre » sert à évoquer les rôles qui sont déterminés socialement, les comportements, les activités et les attributs qu'une société considère comme appropriés pour les hommes et les femmes. Les aspects de sexe ne changent pas beaucoup d'une société humaine à une autre, tandis que les aspects de « genre » varient beaucoup"[5].

"Autrement dit, le « sexe » renvoie au biologique et le « genre » à la construction sociale, historique, sociologique et culturelle de ce que serait (ou devrait être) une femme ou un homme, le masculin et le féminin"[6].

Le genre touche donc à la manière dont nous créons nos représentations sociales d’un individu ou d’un groupe d’individus. En fonction de l’histoire et des cultures, ces représentations diffèrent et évoluent.

L’OMS nous donne quelques exemples pour nous montrer que les aspects de genre changent d’une société à une autre : "Aux Etats-Unis (et dans la plupart des autres pays), les femmes gagnent sensiblement moins que les hommes pour un travail similaire. Au Vietnam, beaucoup plus d'hommes que de femmes fument, l'habitude de fumer n'étant traditionnellement pas considérée comme convenable pour les femmes. En Arabie Saoudite, les hommes ont le droit de conduire une automobile et les femmes ne l'ont pas. Presque partout dans le monde, les femmes font plus de travaux ménagers que les hommes."

Certaines de ces représentations sociales sont fondées, d’autres ne le sont pas. Celles qui ne sont pas fondées deviennent des stéréotypes.

Qu’est-ce qu’un stéréotype ?

Selon la définition du dictionnaire Larousse, un stéréotype est une "expression ou opinion toute faite, sans aucune originalité, cliché". Un stéréotype est aussi une idée ou une image que l’on se fait d’une personne ou d’un groupe de personnes. Pour "La Direction de l’Egalité des chances" (Fédération Wallonie-Bruxelles), c’est un "ensemble de croyances collectivement partagées attribuant une caractéristique simplifiée et exagérée à un groupe d’individus"[7].

Depuis la nuit des temps, les stéréotypes concernant les genres existent (exemples : les femmes conduisent mal, les femmes font le ménage, les femmes sont fragiles, les hommes sortent les poubelles, les hommes savent changer les pneus d’une voiture, les hommes ne pleurent pas…).

Notre société a progressé en matière d’égalité homme-femme. Mais cette égalité a-t-elle aussi évolué dans les supports pédagogiques, tels les manuels scolaires, qui sont utilisés par nos enfants ? L’école, étant un des lieux de socialisation, d’intégration, de construction de l’identité de l’élève et du citoyen de demain, ne doit-elle pas être vigilante aux outils et aux contenus d’apprentissage qu’elle véhicule ? Le danger n’est-il pas d’engendrer chez les élèves des discriminations, des comportements et ressentiments négatifs à l’égard des garçons et des filles à cause de certains préjugés et idées toutes faites ?

Chasser toute forme de discriminations, n’est-ce pas là un enjeu majeur de notre société ? En Fédération Wallonie-Bruxelles, il existe déjà un "décret[8]" pour lutter contre les discriminations[9], mais ne faut-il pas aller plus loin dans cette lutte contre les discriminations et veiller sur les contenus et images véhiculés dans les manuels scolaires que manipulent quotidiennement nos enfants à l’école ? Y a-t-il, aujourd’hui, une évolution par rapport aux manuels scolaires que nous, parents, utilisions enfants ?

Les stéréotypes par rapport aux genres sont-ils encore présents dans les manuels scolaires d’aujourd’hui ou sont-ils révolus ?

"Les manuels scolaires sont étudiés et analysés depuis de nombreuses années sous l’angle de l’égalité des sexes. Ces études nous permettent de constater aujourd’hui une certaine évolution. Ainsi, les stéréotypes sexués et les représentations inégalitaires les plus flagrantes ont été majoritairement supprimés. Des illustrations telles que « papa lit son journal en fumant sa pipe pendant que maman cuisine en tablier » sont quasiment absentes des publications" affirme "La Direction de l’Egalité des Chances"[10]. "Cependant, les stéréotypes sexistes[11] n’ont pas tous disparu. Plus subtils, ils sont devenus plus difficiles à repérer", ajoute "La Direction de l'Egalité des Chances".

Dina Sensi, docteure en sciences de l’éducation a analysé vingt-deux manuels en Communauté française de Belgique (français, histoire, géographie, et sciences), tous édités en Belgique et ayant reçu l’agrément[12]. L’analyse de ces manuels s’est basée sur des critères liés à la diversité d’origine, au genre, au handicap, à l’orientation sexuelle et à l’âge.

"Cette étude[13] vise d’une part à identifier si les contenus d’apprentissage (textes, illustrations, exercices) sont non discriminatoires et ouverts à la diversité et, d’autre part, si les manuels sont porteurs d’éducation citoyenne à la diversité. En ce qui concerne la diversité de genre, l’analyse des manuels montre une disproportion à la fois numérique et qualitative entre la représentation des femmes et des hommes :

-Parmi les photos ou illustrations, on retrouve 30% de femmes ou filles et 70% d’hommes ou garçons.

-Dans l’ensemble des manuels, tant pour le primaire que le secondaire, les noms de métiers sont majoritairement cités au masculin (en moyenne 75%).

-Lorsque les femmes occupent un travail, ce sont principalement dans des métiers considérés comme traditionnellement féminins.

-La place la plus souvent présentée pour « la femme » dans les manuels de l’enseignement primaire est celle de la maman dans ses activités domestiques.

-Parmi les personnalités publiques (art, politique, sciences) mises en évidence, seules 10% sont des femmes.

-Si certains manuels récents proposent des formes doubles (masculine/féminine) telles que « tes compagnons et compagnes », « ton ami(e) », « ton enseignant(e), il ne s’agit néanmoins pas d’une généralité et la pratique ne se retrouve pas sur l’ensemble du manuel.

-Les choix des personnages de femmes relevés dans la littérature renforcent des stéréotypes négatifs de femmes romantiques, fragiles et soumises, en admiration devant les hommes ou alors rebelles et tueuses.

-Lorsque les textes parlent de catégories d’êtres humains, seul le masculin est employé : les hommes (pour les êtres humains), les immigrants, les réfugiés, les consommateurs…"[14]

Les manuels scolaires sous la loupe

La publication "Sexes et Manuels"[15] réalisée par "La Direction de l’Egalité des chances" (Fédération Wallonie-Bruxelles) met en évidence quelques constats interpellants. Se basant sur l’analyse de 130 manuels scolaires soumis à l’agrément dans l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles, cette brochure souligne le fait que, dans toutes les disciplines, des ouvrages préscolaires à ceux du secondaire, les femmes et les filles sont numériquement moins représentées que les hommes et les garçons. Les femmes adultes sont les personnages les moins représentés. En effet, on voit plus souvent des personnages (humains ou animaux) masculins que féminins.

La publication montre que chez les enfants, les qualités, les défauts et les aptitudes sont encore parfois attribués selon le sexe. "Les filles sont présentées comme des personnes calmes, soigneuses, préoccupées de leur apparence, soucieuses du travail scolaire et les garçons sont montrés comme étant courageux, mais dissipés face au travail scolaire et souvent punis". On voit souvent des filles en position de fragilité et des garçons agressifs, fiers de leur force.

Autre constat : la représentation stéréotypée des filles et des garçons se marque dans leur manière de s’habiller. "Les filles sont presque toujours en jupe ou robe, souvent rose, les garçons portent des couleurs sombres. La variété de l’habillement actuel ne se retrouve que trop rarement dans les manuels".

Pour ce qui est des sports, des jeux et des activités pratiquées par les enfants dans les manuels, les choses n’ont guère évolué. On remarque que les filles sont toujours avec leurs poupées et que les garçons ont toujours le ballon aux pieds. Les activités ménagères sont encore l’apanage des filles. Les garçons et les filles sont rarement représentés ensemble, dans les mêmes activités. "Les enfants se retrouvent souvent « entre filles » ou « entre garçons ». Les jeux et les sports pratiqués en mixité ou par des personnages des deux sexes sont peu mis en évidence".

Pour ce qui est du modèle familial véhiculé à travers les manuels scolaires, on remarque que le seul modèle représenté est celui du couple parental hétérosexuel. "La réalité des familles monoparentales ou recomposées est peu relayée. Celle de la parentalité homosexuelle n’est pas encore présente".

Les papas sont rarement représentés dans une relation affective avec leurs enfants. "Les bébés sont quasi exclusivement représentés dans les bras de leur mère, voire de leur grande sœur. Dans l’ensemble des manuels examinés, très peu d’illustrations d’un père avec son enfant dans les bras ou d’un homme avec une poussette ont pu être répertoriées".

"Chez les adultes, les femmes sont majoritairement représentées dans la sphère domestique et les hommes dans la sphère professionnelle". Les femmes sont souvent désignées par un lien de parentalité tandis que les hommes le sont par leur statut social.

Concernant les métiers et professions, on remarque que l’éventail des métiers reste très restreint pour les femmes (infirmière, institutrice, femme de ménage, secrétaire…). Les hommes sont représentés dans des métiers très variés et dans des postes à responsabilité où ils exercent un pouvoir (mandat politique, chef d’entreprise…). La lecture du journal reste l’apanage des hommes.

Les rôles joués par les femmes au cours de l’Histoire et dans les actualités sont rarement mentionnés. "De même, lorsqu’ils reprennent des actualités, les manuels font peu référence aux personnalités féminines des mondes politique, artistique, culturel, économique, etc. privant ainsi les élèves de modèles des deux sexes".

Conclusion

"Les manuels scolaires étant, aux yeux des élèves, ce que l’on peut tenir pour vrai, il parait essentiel de s’atteler à ce qu’ils soient non plus le miroir des inégalités et des discriminations de la société actuelle, mais bien le reflet de la société que l’on voudrait voir exister"[16].

Or, les études effectuées par "La Direction de l’Egalité des chances" (Fédération Wallonie-Bruxelles) montrent que les manuels scolaires utilisés par nos enfants aujourd’hui véhiculent parfois encore des stéréotypes par rapport aux genres.

Pour lutter contre ces stéréotypes, l’UFAPEC se demande si les concepteurs et rédacteurs des manuels, les maisons d'édition, les conseillers pédagogiques, les inspecteurs, les pouvoirs organisateurs, les chefs d’établissements, les enseignants et les parents ne devraient pas être plus attentifs et encourager davantage la conception et le choix de manuels dans lesquels les stéréotypes par rapport aux genres seraient peu présents, voire inexistants ?

Plus que le contenu pédagogique, les équipes éducatives ne devraient-elles pas être plus vigilantes aux stéréotypes concernant les genres que cela soit dans les titres, les textes ou les images des manuels scolaires utilisés par nos enfants ?

Dans l’idéal, les manuels ne devraient-ils pas avoir une représentation équilibrée et diversifiée des hommes et des femmes ? Ne devraient-ils pas présenter une diversification des rôles et activités des filles et des garçons, des femmes et des hommes ? Ne devraient-ils pas favoriser la diversité des modèles familiaux ? Ne devraient-ils pas valoriser la présence des femmes dans l’Histoire et dans les actualités ? Ne devraient-ils pas permettre aux élèves d’avoir un regard critique sur les rôles et modèles stéréotypés ? Ne devraient-ils pas être réactualisés en fonction de la (des) réalité (s) complexes et diversifiées de notre société ?

S’inspirant des constats et recommandations basés sur le travail précieux de "La Direction de l’Egalité des chances " l’UFAPEC encourage une vigilance et une évolution de ces manuels afin de lutter contre les stéréotypes et les discriminations de notre société.

 

France Baie

 

 


[1] http://www.egalite.cfwb.be/ - lien vérifié le 5 décembre 2016.

[2] Sexisme : « Idéologie se fondant sur l’adhésion à des croyances discriminatoires basées sur le critère du sexe. Il s'appuie en partie sur des stéréotypes de genre, c’est-à-dire des croyances concernant les caractéristiques généralement associées aux femmes et aux hommes. Le sexisme se réfère donc à l’idée que la différence des genres peut légitimer la domination d'un sexe sur le sexe opposé » - https://fr.wikipedia.org/wiki/Sexisme - lien vérifié le 5 décembre 2016.

[3] http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/manuel/49271 - lien vérifié le 28 novembre 2016.

[4] Décret de 2006 relatif à l’agrément et à la diffusion de manuels scolaires, de logiciels scolaires et d’autres outils pédagogiques au sein des établissements d’enseignement obligatoire. - http://www.gallilex.cfwb.be/document/pdf/30935_000.pdf - lien vérifié le 5 décembre 2016.

[5] http://www.who.int/gender/whatisgender/fr/ - lien vérifié le 1er décembre 2016.

[6] Le genre, un concept au service de l’égalité entre les hommes et les femmes : le genre comme révélateur et outil. Intervention de Béatrice Borghino au colloque du GRAFF du 21 novembre 2003, Marseille.

[7] Sexes et manuels - Promouvoir l’égalité dans les manuels scolaires - Fédération Wallonie-Bruxelles, p 11 - http://www.egalite.cfwb.be/index.php?eID=tx_nawsecuredl&u=0&g=0&hash=7808fe4e708637e56ca6c08c849ea0c9da437042&file=uploads/tx_cfwbitemsdec/Sexes
_et_manuels_Publication_2_pages.pdf
- lien vérifié le 16 décembre 2016.

[8] Le décret du 12 décembre 2008 relatif à la lutte contre certaines formes de discriminations (M.B.13.01.2009)

[9] « Sociologiquement, une discrimination est un comportement négatif à l’égard des membres d’un groupe vis-à-vis duquel nous entretenons des préjugés » - Sexes et manuels, op cit., p 12.

[10]Sexes et manuels, op cit., p 14.

[11] Un stéréotype sexiste est une « représentation (langage, attitude ou représentation) péjorative ou partiale (explicite ou implicite) de l’un ou l’autre sexe, tendant à associer des rôles, comportements, caractéristiques, attributs ou produits réducteurs et particuliers, à des personnes en fonction de leur sexe, sans égard à leur individualité » - Discrimination toi-même, Ministère de la Communauté française de Belgique, Bruxelles (2010).

[12] Par son décret de mai 2006, la Fédération Wallonie-Bruxelles affirme que les manuels agréés ne peuvent véhiculer de conceptions inégalitaires et souhaite qu’ils représentent les rôles réels et variés que les femmes et les hommes occupent et ont occupé dans la société. Les inspecteurs chargés de l’analyse des manuels scolaires se basent sur une grille d’analyse qui prend en compte, entre autres, la question des principes d’égalité et de non-discrimination. L'agrément n'est pas un label de qualité, mais de conformité aux référentiels et aux prescrits décrétaux et légaux.

[13] Etude sur les stéréotypes dans les manuels scolaires en Communauté française de Belgique.

[14]Sexes et manuels, op cit., p 16.

[15]Sexes et manuels, op cit.

[16] Sexes et manuels, op cit., p 17.

Vous désirez recevoir nos lettres d'information ?